[India Newletter 1] Today was the best day since the beginning!

Coucou la Team des SionLesbros, les Grands-parents, la FamiliaTeam Blisce,

Tout d’abord merci à tous pour vos messages qui m’ont fait super plaisir!
Comme promis, voici les dernières nouvelles de ce fameux périple indien! Je suis sur place depuis tout juste une semaine et déjà je suis en mesure de dire que ce trip me marquera à vie de par les rencontres que je fais, de par les contrastes et paradoxes que je découvre et surtout le sourire et la gentillesse des indiens.
En tant que français, le premier point marquant en arrivant, c’est le contraste entre les riches et les pauvres. Dans la rue, il est tout à fait normal d’apercevoir une tour de milliardaire (un indien s’est fait construire une habitation à 1b$ 🙂 ) à côté d’un taudis en tôles rouillées. La communauté française m’ayant très bien accueilli, j’ai rapidement dû me mettre à jour en faisant le grand écart entre les 1% d’indiens les plus pauvres lorsque je me rends tous les matins au pied de la décharge de Shivaji Nagar (37 tonnes de détritus y sont déversées chaque jour) et le soir où je côtoie les 1% plus riches du pays.
Mon quotidien la journée:
Apnalaya, l’association qui m’a accueilli fait un travail exceptionnel! Leur approche est totalement intégrée et sustainable. Ils se focalisent sur l’enfance et la femme à travers 3 programmes: health & disabilitygender & livelihood et education & citizenship qu’ils développent avec les quartiers au pied de la décharge de Shivaji Nagar. Ils ont identifié plus de 40 leaders au sein des différentes communautés qui leur permettent d’agir efficacement tout en couplant cette approche avec une démarche très orientée data qu’ils vont collecter directement sur le terrain.
Pour le moment, je suis chargé de faire ressortir et de mettre en forme les principaux insights ressortant de ces études d’impact avec l’équipe data collection. En parallèle de cela, j’essaye d’accompagner dès que possible les équipes sur le terrain à la rencontre des familles. Aujourd’hui, j’ai passé l’après-midi avec une jeune femme de l’association qui m’a emmené en plein coeur du slum dans des ruelles d’un mètre de large pour faire un rapide check up des femmes enceintes et des enfants atteints de malnutrition.
=> Je retiens surtout une chose de cette visite: le sourire des femmes et des enfants ainsi que leur joie de vivre! Apnalaya a un impact clairement visible sur le visage des habitants du slum! Rama, une des directrices du programme, m’a dit ce matin: « Nous, notre approche, c’est de comprendre ce dont les jeunes rêves puis de tout faire pour les aider à les réaliser plutôt que le contraire. Cette approche peut paraître utopique mais dans les faits, la data parle d’elle même sur le long terme, c’est possible! »
Images intégrées 1
f
Images intégrées 2
f
Images intégrées 7
f
Images intégrées 8
Mon quotidien le soir et le week end:
Via mon colloc et mon amie de promo, j’ai très vite été intégré à la communauté française et emmené dans la plupart des incontournables de la ville. Mon ami indien Ameya habitant Pune, est venu à Mumbai ce weekend. C’était top, on s’est rencontré en seconde au lycée saint Paul à Lille! 🙂 Ayant habité à SingapLondresLille et Mumbai, il a pu nous dresser un portrait très intéressant de son pays tout en le comparant à la France. En termes d’anecdotes, ce week end, nous sommes allés dans les Bazaar d’antiquités. Or, mon colloc ayant l’habitude d’aller faire des emplettes avec le consule de france, on s’est retrouvé à être convié dans les arrières boutiques dédiées aux grands collectionneurs d’Art. Autant dire que j’ai regardé avec les yeux! 🙂 Les soirées sont plutôt sympas. Jeudi soir, j’ai invité à fumer des cigares au Bombay Royal Yacht Club avec la crème indienne. (@maman, t’inquiète pas, je ne m’y suis toujours pas mis! 🙂 )
Images intégrées 3
f
Images intégrées 4
f
Images intégrées 5
f
Images intégrées 6
Voila pour cette semaine! Je pourrai en rajouter des tartines car ce trip est vraiment passionnant. Je vous en dirai plus à mon retour!
Bonne soirée et bonne semaine à tous,
Romain