Operational Support During Covid-19 in France

(french version below)

[Newsletter 1]

Hi everyone,

How are you?

Some of you may have gotten used to news on the fly but this year it has been a very intense  adventure which left me little time to write these few lines. 7:30 am – 11:30 pm non-stop 6.5 days out of 7! 🙂  

We initially had to leave for an impact measurement mission in the favelas of Sao Paolo which was replaced by an adventure in the heart of the northern districts of Marseille. This adventure was particulartly striking because it was not a question of entering into the daily life of families living on the other side of the world but that of French people who live a daily life really different from the one I live in my little Parisian bubble.

Pause Café Marine, Matthieu et Romain Sion
Last sip of coffee before the adventure begins 🙂

# The Massabielle association

With three of my brothers and sisters, we put ourselves at the service of an exceptional association called Massabielle. Established in the heart of the northern districts of Marseille, it shares daily life with each inhabitant of the different blocks of buildings and welcomes all those who pass the door. It is a place of peace with a Christian presence. To get a young person up and going in a city surrounded by violence and drugs, it takes more than tutoring and reintegration projects, it takes a lot of respect, listening and kindness. This is a mission that Massabielle has successfully completed for the past twenty years in the dozen blocks of buildings around the one called “les lauriers”. A Christian association in an 80% Muslim neighborhood… How can this work? Answer in the next newsletter. 🙂

Massabielle Maison bernadette Marseile
Maison Bernadette Massabielle devant cité les Lauriers
Massabielle NGO lower left – at the foot of the “Lauriers” district

#The building « les lauriers »

Housed in the association, we were located at the foot of one of 18 blocks of buildings called “les lauriers”, a 14-level block of buildings in which over 1,800 people live. This building was built after the war in order to “temporarily” house the emigrants who came to help in the reconstruction of France. Most of these buildings are now dilapidated and unsanitary inside. With the extreme right wing in charge of the town hall until 2020, the budgets allocated to renovation projects were without surprises … quite meager. 🙂 

According to Kathy, a dean of the district met at the skatepark, life was peaceful in the early years before drug trafficking and violence came up. At that time, all the families who had the finances left. Today, the vast majority of residents who have settled there cannot afford to move elsewhere. 40% of “les lauriers” residents are currently unemployed. Most of the inhabitants are fighting to get out of it (this is particularly true for women. I will come back to this later :-)) but the challenges are numerous.

Cité les Lauriers Marseille
Vue chambre maison Bernadette Massabielle
Small glimpse of the bedroom with the brother – a tip: sleep with the window closed otherwise a drift and motocross concert guaranteed:-)

#Our arrival and the end of the clichés

I do not recommend that you do a google search on “les lauriers” block-building because unfortunately the media love the sensational news and does not mention much about positive initiatives. 100% of the articles published will refer to keywords such as shootings, fire, shoot-out… It is a reality, but it only represents a small part of the daily life around this block-building.

Being one of the oldest of the volunteers, Nathan the head of the association immediately made me understand that he would give me responsibilities. 🙂 A few hours after our arrival, we left by car in the direction of Brico depot in order to prepare the site that I was going to lead. As we came out of the parking lot (in the opposite direction but that was normal :-)), a big white Audi Q4 got in our way and signaled us to back up. The driver dressed like a gangsta in movies ended up going on throttle, speeding around the parking lot before stopping in front of us. It was there that he greeted us kindly with a big smile before leaving. It was surreal! After the greetings were over, it was finally explained to me that this was the car used for Gofast. This young man, Nathan knew him well. He was an athlete with potential who unfortunately dropped out of school before starting as a lookout for “traffic”. My brother had a similar experience accompanying a grandmother in an electric wheelchair. The grandmother inadvertently “knocked out” the chair of the G-block lookout on which drugs were placed. My puzzled brother apologized and the lookout replied amusedly, “Don’t worry, it’s okay!”. In the evening, we quickly realized that our prejudices would quickly shatter and that we were going to live an adventure that would break free from the prejudices engraved by the images conveyed in the media…

Audi Q4

#OneDayOneMeeting

During this adventure, I befriended Kader, a grandfather of Algerian origin. Very kind, he came to the association every day to drink tea he offered us with his traditional madeleines. Big fan of the Real Madrid, he had every possible football channel we could imagine. For the match Real Madrid vs. Manchester, he invited us to his flat to see the game together. During the match, a volunteer asked him if it was a problem that we were all Catholics even though he was of the Muslim faith. His answer struck me because very simply he told us that it was absolutely not. As long as there is respect, religions can live together. This has been true throughout this adventure. A few minutes later, he had eclipsed himself to say his prayer before coming back with a surprise: ice cream! 🙂

Invitation Match de Foot Kader
Great night at Kader’s apartment for the match

Have a great evening,

Marine, Claire, Matthieu & Romain

[Newsletter 2]

Hi everyone,

How are you ?

Very quickly, we took our bearings within Massabielle and the days went by at full speed. Unable to be there from the start of the adventure, our little sister Claire joined us at the end of the first week.

#Our daily life

The days were punctuated by a busy schedule: spiritual time and help for the functioning of the charity in the morning and service (work sites, exchanges with the inhabitants, school support, activities with children, etc.) for the district in the afternoon.

On the spiritual level, I was particularly sensitive to the testimony of the couple responsible for Massabielle at the “Lauriers” district. At the “Lauriers” district for 8 years, they explained to us that without their Christian faith, they could never have lasted more than 6 months. They would have slammed the door 100 times… One day, a young man failed to shoot them with a harpoon. Another time, the traffickers locked them in the basement of the “Lauriers” building when they took the initiative to propose motivated young people for a public tender. How would I have reacted in their place? As a Catholic, I very much appreciated the exchanges I had, especially with Gabi, an evangelist from the gypsy community, or even Kader, a Muslim. This reinforced one of my deep convictions: with respect, religions can coexist with each other.

Echange avec Kader autour d'un thé accompagné de ses traditionnelles madeleines
Discussion with Kader over tea accompanied by his traditional madeleines 🙂

In order to contribute to the proper functioning of the charity, the support was divided between cleaning and meals. All supermarkets are now obliged to give their expired products to charities to avoid waste. So, every week, we went to collect the unsold items at the nearby Carrefour: it was a surprise as to the products received and then there followed an important work of sorting and of course of preparing the meals. 100% of Massabielle’s food is thus insured thanks to donations from Carrefour! So, thank you Carrefour! 🙂

Collection of expired and unsold products at Carrefour
The car being tired – System D with Claire (my sister) to get in the car

Regarding the service for the district, they took place in the afternoon with a time slot dedicated to work for the inhabitants or for the community, then a time slot with young children: activities, academic support and finally a moment of discussion, of meetings with the district inhabitants, at home. For the renovation site, I was responsible for the opening of two 4th and 3rd grade classes, a chemistry laboratory and a library at the Ozanam center. Indeed, few years ago, Massabielle transformed an old mansion that had become a squat and a place of prostitution into a non-contract college intended for young people of the district. So, with about fifteen volunteers, we rolled up our sleeves: sanding, painting, laying of baseboards, tables, shelves, fitting out, etc., so that the rooms could be ready for the start of the school year. The place is awesome! This is where Saïd’s children go to school (next episode :-)).

Renovation site of the Ozanam center with the opening of two new classrooms
Team of volunteers on the Ozanam site
Installation of the blackboard in the Ozanam center for the future 4th grade class

#The borders of the city                                                                                                                     

When we first arrived in the “Lauriers” district, we had the impression that we were crossing an imaginary border, as if we were moving to another country. Except to go to work, the inhabitants do not often leave from the district and outsiders have no particular interest in going there for a walk. This is what feeds our prejudices! After a few days there, we discovered two striking aspects: precariousness and a sense of welcome.

The Lauriers district – Marseille
The surroundings of the Lauriers district

I had read that over a third of the district’s residents live in poverty. This precariousness is even more striking once there. We entered these big, tired building bars. The stairwells with dilapidated walls are tagged inside giving a feeling of insecurity. No longer should we be surprised at the cockroaches in the charity’s bedrooms and kitchen, or at the rats that were certainly more numerous than the “Lauriers” district inhabitants who were frolicking around…

Small map for locating the inhabitants of the Lauriers district 🙂

On the other hand, we found there a warm sense of welcome that is rare in France. During our visits, it happened to us to ring at random among people in order to introduce ourselves and to propose a discussion. All the families opened to us with a smile and some even invited us for tea. We will not forget Yollande called “Tata Yoyo”, from the Comoros who introduced us to her specialty: coconut punch, nor “Tata Doudou” who told us with simplicity the journeys of her life which began with her mother who had abandoned her in a shoebox. With a lot of humor, she offered to accompany us for the shopping at Carrefour. Thanks to her handicap card, she has a VIP pass including a dedicated parking space, a priority checkout and finally the possibility of smoking in front of the store! J Or to Romain’s mother, who explained in detail how her son’s mistress managed not to let motivated students down during the covid.

# Drug trafficking and violence

Drug trafficking and violence are part of the daily life of the inhabitants of the city. Police rarely go there except for raids. Just 2-3 years ago, there was only one entrance to the district area and the grip of the drug traffic was such that even an EDF agent was not allowed to enter without showing clean hands. Some time ago, during a visit, a volunteer had rung to the wrong door and was greeted by one of the leaders of the drug trafic who had a weapon of war hanging in his living room. Another time, during a police raid, two young people escaped through the charity with their Kalashnikovs.

The drug traffic is hierarchical with, at the bottom of the ladder, the lookouts then the sellers, the carriers of drugs and weapons, those who transfer the money and finally the middle managers … The heads of the traffic are, not surprisingly, white collar from great schools who never set foot in the districts! The drugs are hidden in the homes of “nannies” or families who willfully or forcibly store the drugs in their apartments before they are sold in the stairwells. The prices and opening hours of these “stores” are sometimes even clearly displayed. 🙂 When we were visiting people, we therefore favored elevators over stairs. Other than saying “hello” to lookouts, we followed the golden rule: “don’t mind their own business”. 🙂

Store with a name, products clearly displayed with their prices and opening hours
There is even the Snapchat QR code 🙂

This violence already affects some children. A few weeks ago, a young boy was knocked down by a girl: humiliation. Two groups then met to face off with stones. Fortunately, those responsible for Massabielle who knew them were able to calm them down in time. According to Nathan, the head of the charity, although the violence is still very present, the districts have really calmed down in recent years. However, it would only take a spark to rekindle it.

# School dropout

Next to the “Lauriers” district, there are two high schools with teachers who do their best but in which you would surely not put your children. According to our discussions, dropping out of school often happens when a young person thinks he or she is bad and good for nothing. For example, when a student doesn’t understand a chapter in class and is told 1X, 10X … that he is good for nothing, he ends up believing it and throws in the towel. I have been told about young people who, at the age of 10, already take care of their younger brothers and sisters as their parents start their work very early or finish their work very late at night. They often have long transport times if they are working outside the district. Kabal’s father tried everything to prevent his son from falling into trafficking, he tried to reason with him verbally. Out of desperation, he ended up using force. A judge told him that if he did it again, he would end up in jail. Since then, his father has abandoned…

High school near the Lauriers district

At the same time, there is the influence of the “big brothers” who approach young teenagers from 12-13 years old with proposals such as: “Here 20 €, can you buy me a bottle of coke? You can keep the change” or“ Could you replace me at my lookout post for a few hours tomorrow? “. This is where it all begins… Paid between € 300 and € 500 per week to watch, the young miners feel like “the kings of oil”, then it is difficult to get them back to school. From the age of 14, some of these young people already think that they will have no future and that they have nothing more to lose. Unfortunately, it is often to them that the thankless tasks are given: disappearance of evidence, settling of scores, shootings … In 2015, 3 young teenagers of 15, 18 and 23 years old murdered others tennagers at the “Lauriers” district … Fortunately, effective levers exist to avoid dropping out of school (next episode :-)).

#OneDayOneMeeting

We left on a Thursday evening to meet the inhabitants of the “Lauriers” district. One of the best spots is between the skatepark and the petanque area. 🙂 There, we met Kathy Taleb, one of the deans of the district, from Morocco and who had lived there for 43 years. Needing help cutting some tiles for her kitchen, we left with Matthew to give her a hand. Between two cuts and a homemade banana milk juice, Kathy told us about her struggles, in particular to get work. Before meeting her former manager who gave her a chance, she had suffered a number of refusals because of her last name which was said to be: “too Arabic”. Knowing that she did not went through long studies, the best gift she wanted to transmit her children were: her family values, respect for others and for work. For Kathy, “doing is how you gain credibility. Sometimes making mistakes is good for learning and getting better.”

Session bricolage chez Kathy avec Matthieu

Have a nice day everyone,

Marine, Claire, Matthieu & Romain

[Newsletter 3]

Hi everyone,

We hope you are all doing well.

Here is the latest news from our adventure in Marseille! 🙂

#Our Daily With Young People: street activities  

Olympic games Bellevue district Marseille Romain Sion
Team relay during the Olympic Games
Olympic games Bellevue district Marseille
Olympic games Bellevue district Marseille Romain Sion
Organization of major thematic games on Saturdays

Every day, at the end of the afternoon, we were leaving in groups of 6-7 volunteers to organize street activities for the children in one of the neighboring districts. Assigned to the district Bellevue, we have organized team games as well as thematic ones such as the Olympic Games or the Pirate Island. Dressing up as Red Rackham for the occasion, I was entitled to that nickname all the following week. :-)These activities had two objectives: to encourage children to play together and to engage in conversation with those who wanted to. The discussions were rich! After getting to know each other, for example, some began to ask questions about the engineering profession, the studies that had to be done to get there …

Street activities Bellevue Romain Sion
Quick Selfie with Ailis, Safrina, Aissa and Cadidja

Ailis, 5 years old particularly marked me. It was very important to him that I remember his first name. Knowing that there were Ailis, Aissa, Aisser and Aissam in the group, he quickly saw that I was in trouble. 🙂 So he offered me a challenge. If one of us can’t remember the other’s first name, then he should do 10 push-ups. We had a good laugh ! 🙂 He clearly could have been my little brother or my cousin. What revolted me was realizing the multiple challenges he will have to overcome to obtain a trajectory of possibilities equivalent to the one I have been able to benefit from. At birth, we clearly do not all start equally! I will not forget all these good times with Rama, Aissa, Ailis, Yassine, Safia, Rayana, Djibril, Aaron, Chaimaa, Mohammed, Abder, Jade, Aisser, Stéphane, Sabrina, Aissam, Matisse, Abdu and Cadidja.

# Levers to take actions: Academic support & professional integration

Centre Ozanam - Massabielle Quartiers Nord Marseille
Playground at the Ozaman Center
After renovation Massabielle Marseille Centre Ozanam
Renovated classroom following renovation work at the Ozanam center 
Street activities Massabielle Bellevue Romain Sion
Group of regulars attendees of our street activities in the Bellevue district

To deal with the risk of dropping out of school, we have been able to identify two effective levers: academic support and career guidance. Within the association or directly at home, Massabielle offers support classes. Although some parents did not pursue long studies, we met many parents who were very involved in their children’s education. At the same time, Massabielle set up the Ozanam center where we did our renovation work. The class list appealed to me because 90% of the first names were between the letters R and Z. Many young people want to work but many do not have the codes, the network and have difficulty in identifying the range of possibilities that they could go after. Footballer, rapper, maintenance or security officer are not the only possibilities. Career guidance support is key.

Massajobs
Massajobs
Massajobs
Career orientation and support with Massajobs

Attached to the association, Massajob is a support program for 250-300 inhabitants of the district for employment. There are 2 pillars: “dream big”, a 2-3 day program aimed at helping young people gain confidence, identify their talents and their dreams. Then “the road to employment”, a 15-day program designed to prepare young people for interviews (outfit, CV, cover letter, respect for schedules, etc.) and to help them in their research. We had the chance to meet Moussa who had resumed training to become a dog handler and who just got a new contract at the hospital. In partnership with schools, Massajob also seeks to invite employees from different backgrounds to testify about their careers.

#Sport: An opening outside the district

Sporting Club Karthala Marseille
Photo of one of Said’s youth football teams

The night we arrived there were fireworks for the inter-district tournament final. Each city has its team, its shirt and its supporters. Great pro players sometimes come back to play with their prior district teams. Do you know why the referee wears a balaclava in some derby matches? 🙂 In the event of a misinterpreted whistle, it is sometimes better to remain incognito when leaving the stadium. 🙂 During a street activity, I had the chance to meet Saïd, originally from the Comoros and President of Sporting Club Karthala Marseille, who explained to me the challenges of the districts’ training clubs. As a former player, he has trained with Evra, Cissé, etc. Young prodigies are identified from the age of 5 in order to be trained with an objective to perhaps signing a contract as a professional footballer. From the age of 14, any transfer is subject to a contract between the clubs where the family receives 81% of the amount and the training club 19%. It is partly thanks to the placement of players at the Olympic Marseille, Bordeaux, Arles … that Saïd has been able to develop his club. To attract young people, one of the levers that work is the brand of the shirt. Very proud, he had just launched a partnership with Puma and Kappa.

Sporting Club Karthala Marseille
New outfit for the football team

Knowing that few young people will become professionals, Saïd’s objective is above all not only to help them develop sociability, their team spirit, work capacity… but also to allow young people to leave the district and see something different thanks to extrernal games. The lucky ones were even able to fly for the first time. For Saïd, football allows young people to dream and have stars in their eyes. He does everything to get them to work well at school and not fall into drugs. For example, he made arrangements with Olympic Marseille to get tickets for the games and then, he gives them to deserving players and to the ones who have good grades.  

#One Day A Meeting: Invitation to Roselyne and Mathis

Invitation for dinner Roselyne Massabielle Marseille
Dîner chez Roselyne

For our last evening, we have been invited by Roselyne for dinner. We came with part of the meal because for some families, hosting is not easy when every euro is counted. We had a great evening and had a good laugh with the skate demonstration of his son Mathis who had his head full of projects. We understood that her mother was sacrificing herself by putting everything aside for her children. With the equivalent of a minimum wage for 3 people, she had managed to send her son to a private school. She took care of his frequenting, his behavior and his grades on a daily basis. While admitting that she couldn’t keep up with her homework and didn’t understand all the conversations, one thing was certain, she fought hard for her son and his future. Result: her son was first in his class. After a few minutes of writing, Mathis gave us a nice gift: a freestyle!

Here is a demo:

#An Incredible Adventure while remaining vigilant

Fire Massabielle
Start of fire at the foot of the association wall
Weeding Massabielle Marseille
Emergency brush clearing to prevent it from happening again

This year again, it was a tremendous human adventure which allowed us to deconstruct our many clichés on the districts. We discovered there an exceptional sense of welcome as well as a beautiful vision of diversity from which we should be inspired. I will not forget Amor’s words on the way to Bellevue to introduce myself to one of his friends who was a Muslim: “Here in the city, we do not look at religion but we look at the heart”. However, it is important to keep in mind that all is not rosy. Insecurity and violence are part of everyday life. During our stay, two young people voluntarily or involuntarily (we will never know) set fire to the surrounding wall of the association. Marine (my sister) realized this in time and everyone rushed to shut it down with whatever means at hand. 8m2 of land burned in a few moments. It could have turned into a disaster. The watchword: stay alert.

Street activities Bellevue district Marseille Romain Sion
One last photo 🙂

To conclude these few lines, I return to Paris with a strange mixture of rage and hope. We have witnessed deeply unfair situations that make us realize how lucky we are. We have no right to waste this chance. But it’s also a feeling of hope when you tell yourself that change is possible! From the Ugandan jungle, to one of the most unsanitary dumping ground in India, through a social enterprise in Cambodia and the largest urban Kenyan slum, before arriving in Marseille, I had the chance to meet hundreds of citizens from the most diverse backgrounds all fighting for a better world! To this day, we have every reason to hope and aspire to it. Whether you are entrepreneurs, teachers, students, parents, activists, politicians, journalists, investors … we can all make an impact on our scale. Whether it is the choice of products that we will put in our cart during our shopping, journalists when they will write their next article on the districts, investors choosing their next investment, students when companies acting against their values will make them attractive offers or activists committed for a just cause which is hard to defend, we can all act on the system at our level! 🙂

Have a nice day everyone, 

Marine, Claire, Matthieu and Romain

“At our pace and scale, everyone can aspire to change to world” 

Ps: dedication to my brothers and sisters who have agreed to join this adventure! We will remember this for a long time!:-)

Family picture Sion Romain

———————–

[Newsletter 1]

Salut à tous,

Comment allez-vous ?

Certains se sont peut-être habitués à des nouvelles au fil de l’eau mais cette année, cette aventure fut très intense et m’a laissé que peu de temps pour rédiger ces quelques lignes. 7h30 – 23h30 non-stop 6,5 jours sur 7! 🙂 Nous devions initialement partir pour une mission de mesure d’impact dans les favelas de Sao Paolo qui fut remplacée par une aventure en plein cœur des quartiers Nord de Marseille. Cette aventure fut particulièrement marquante car il ne s’agissait pas d’entrer dans le quotidien de familles habitant à l’autre bout du monde mais dans celui de françaises et français qui vivent un quotidien vraiment très différent de celui que je vis dans ma petite bulle parisienne.

Pause Café Marine, Matthieu et Romain Sion
Dernier petit café avant le début de l’aventure 🙂 

#L’association Massabielle

Avec trois de mes frères et sœurs, nous nous sommes mis au service d’une association exceptionnelle appelée Massabielle. Installée en plein cœur des quartiers Nord dans le XIIIème, elle partage le quotidien avec chaque habitant du quartier et accueille tous ceux qui passent la porte. C’est un lieu de paix avec une présence chrétienne. Pour mettre et maintenir debout un jeune dans une cité cernée par la violence et la drogue, il faut plus que du soutien scolaire et des projets de réinsertion, il faut faire preuve de beaucoup de respect, d’écoute et de bienveillance. C’est une mission que Massabielle réussit avec succès depuis une vingtaine d’années dans la dizaine de cités aux alentours des lauriers. Une asso chrétienne dans un quartier à 80% musulman… Comment cela peut-il fonctionner ? Réponse dans le prochain numéro 🙂

Massabielle Maison bernadette Marseile
Maison Bernadette Massabielle devant cité les Lauriers
Association Massabielle en bas à gauche – au pied de la cité des lauriers

#La cité des lauriers

Logé à l’association, nous étions situés au pied de l’une des 18 cités appelée les lauriers, une barre d’immeuble  de 14 étages dans laquelle habite un peu plus de 1800 personnes. Cette cité a été construite après-guerre afin de loger « temporairement » les émigrés venus pour aider à la reconstruction de la France. La plupart de ces constructions sont aujourd’hui vétustes et insalubres à l’intérieur. Avec l’extrême droite à la direction de la mairie jusqu’en 2020, les budgets alloués aux projets de rénovation ont été sans surprises… assez maigres. 🙂

D’après Kathy, une doyenne de la cité rencontrée au skatepark, la vie était paisible dans les premières années avant que le trafic de drogue et la violence arrivent. A ce moment-là, toutes les familles qui avaient les finances sont parties. Aujourd’hui, la grande majorité des habitants qui y sont installés n’ont pas les moyens d’aller vivre ailleurs. 40% des habitants aux lauriers sont actuellement au chômage. La plupart des habitants cherchent à s’en sortir (cela passe notamment par les femmes. J’y reviendrai plus tard :-)) mais les obstacles sont nombreux.

Cité les Lauriers Marseille
Vue chambre maison Bernadette Massabielle
Petit aperçu de la chambre avec le frérot – un conseil: dormir avec la fenêtre fermée sinon concert de drift et de moto cross assuré 🙂

#Notre arrivée et la fin des clichés

Je ne vous recommande pas de faire une recherche google sur la cité des lauriers car malheureusement les médias aiment le sensationnel à défaut de parler de ce qui est positif. 100% des articles publiés feront références à des mots clés comme fusillades, incendie, règlement de comptes… C’est une réalité certes mais cela ne représente qu’une petite partie de la vie de la cité.

Etant l’un des plus âgés des volontaires, Nathan le responsable de l’association m’a fait tout de suite comprendre qu’il me confierait des responsabilités. 🙂  Quelques heures après notre arrivée, nous voilà partis en voiture en direction de Brico dépôt afin de préparer le chantier que j’allais animer. Au moment de sortir du parking (en sens inverse mais c’était normal 🙂 ), une grosse Audi Q4 blanche se met en travers de notre chemin et nous fait signe de reculer. Le conducteur habillé comme dans les films de gangsta finit par mettre les gaz, faire un tour de parking à toute allure avant de s’arrêter devant nous. C’est là qu’il nous a gentiment salués avec un grand sourire avant de repartir. C’était surréaliste ! Une fois les salutations terminées, on a fini par m’expliquer que c’était la voiture utilisée pour les Gofast du quartier. Ce jeune, Nathan le connaissait bien. C’était un sportif avec du potentiel qui avait malheureusement décroché à l’école avant de commencer comme guetteur pour le « trafic ». Mon frère a eu une expérience similaire en raccompagnant une grand-mère en fauteuil roulant électrique. La grand-mère a malencontreusement « dégommé » la chaise du guetteur du bloc G sur lequel était posé de la drogue. Mon frère perplexe s’est excusé et le guetteur lui a répondu d’un air amusé : « t’inquiète, c’est pas grave ! ». Le soir, on s’est rapidement rendu compte que nos clichés allaient rapidement partir en éclat et que l’on allait vivre une aventure qui sortirait des préjugés gravés par les images véhiculés dans les médias…

Audi Q4

#UnJourUneRencontre

Durant cette aventure, je me suis lié d’amitié avec Kader, un grand père d’origine algérienne. Très gentil, il venait tous les jours à l’association pour boire le thé qu’il nous proposait avec ses traditionnelles madeleines. Grand fan du real de Madrid, il avait toutes les chaînes de foot possibles et imaginables. Lors du match Real Madrid vs. Manchester, il nous a invités chez lui pour voir le match ensemble. Pendant le match, un volontaire lui a demandé si ça lui posait problème que l’on soit tous catholiques alors qu’il était de confession musulmane. Sa réponse m’a marqué car très simplement, il nous a répondu que cela n’en était absolument pas un. Tant qu’il y a du respect, les religions peuvent cohabiter ensemble. Cela s’est vérifié tout au long de cette aventure. Quelques minutes plus tard, il s’était d’ailleurs éclipsé pour faire sa prière avant de revenir avec une surprise : des glaces ! 🙂

Invitation Match de Foot Kader
Super soirée chez Kader pour le match

Belle soirée à tous,

Marine, Claire, Matthieu & Romain

[Newsletter 2]

Salut à tous, 

Comment allez-vous ?

Très rapidement, nous avons pris nos marques et repères au sein de Massabielle et les jours ont filé à toute allure. Ne pouvant être là dès le début de l’aventure, notre petite sœur Claire nous a rejoints à la fin de la première semaine.

#Notre quotidien                                                                                                                                                          

Les journées étaient rythmées par un emploi du temps chargé avec le matin, un temps spirituel et de l’aide pour le fonctionnement de l’association et l’après-midi un temps de service (chantiers, échanges avec les habitants, soutien scolaire, animations avec les enfants…) pour la cité.

Sur le plan spirituel, j’ai particulièrement été marqué par le témoignage du couple responsable de Massabielle à la cité des lauriers (une cité correspond à une barre d’immeubles). Aux Lauriers depuis 8 ans, ils nous ont expliqués que, sans leur foi chrétienne, ils n’auraient jamais pu tenir plus de 6 mois. Ils auraient claqués la porte 100 fois… Un jour, un jeune a manqué de leur tirer dessus au harpon. Une autre fois, les trafiquants les ont enfermés dans les caves de l’immeuble lorsqu’ils avaient pris l’initiative de proposer des jeunes motivés suite à un appel d’offre public. Comment aurais-je réagi à leur place ? En tant que catholique, j’ai beaucoup apprécié les échanges que j’ai pu avoir, notamment avec Gabi, un évangéliste de la communauté gitane ou encore Kader, un musulman pratiquant. Cela a renforcé une de mes convictions profondes : dans le respect, les religions peuvent cohabiter les unes avec les autres.

Echange avec Kader autour d'un thé accompagné de ses traditionnelles madeleines
Echange avec Kader autour d’un thé accompagné de ses traditionnelles madeleines 🙂

Afin de contribuer au bon fonctionnement de l’association, l’aide se répartissait entre l’entretien et  l’intendance. Toutes les grandes surfaces sont maintenant obligées de donner leurs produits périmés aux associations pour éviter le gaspillage. Toutes les semaines, nous allions donc chercher les invendus au Carrefour du coin : c’était la surprise quant aux produits récoltés et s’en suivait alors un important travail de tri et bien sûr de préparation des repas. 100% de la nourriture de Massabielle est ainsi assurée grâce aux dons de Carrefour ! Alors, Merci Carrefour ! 🙂

Collecte des produits périmés et invendus chez Carrefour
La voiture étant fatiguée – Système D avec soeurette pour entrer dans la voiture 

Quant aux temps de services pour la cité, ils avaient lieu l’après-midi avec un créneau dédié aux travaux chez les habitants ou pour la collectivité, puis un créneau avec les jeunes : animations, soutien scolaire et enfin un moment d’échanges, de rencontres avec les habitants, chez eux.               

Pour les travaux, j’étais responsable d’un chantier qui consistait à ouvrir deux classes de 4ème et 3ème, un laboratoire de chimie et une bibliothèque au sein du centre Ozanam. En effet, il y a quelques années, Massabielle a transformé un vieil hôtel particulier devenu un squat et un lieu de prostitution en un collège hors contrat destiné aux jeunes du quartier. Ainsi, avec une quinzaine de volontaires, nous avons retroussés nos manches : ponçage, peinture, pose de plinthes, de tableaux, d’étagères, aménagement etc… afin que les salles soient prêtes pour la rentrée. Le lieu est génial ! C’est là que les enfants de Saïd vont à l’école (prochain épisode :-)).

Chantier de rénovation du centre Ozanam avec l’ouverture de deux nouvelles classes
Equipe de volontaires sur le chantier Ozanam
Pose du tableau au centre Ozanam dans la future classe de 4ème

#Les frontières de la cité

Lorsque nous sommes arrivés pour la première fois dans la cité des lauriers, nous avons eu l’impression de passer une frontière imaginaire, comme si nous changions de pays. Sauf pour aller travailler, les habitants sortent très peu de la cité et les gens extérieurs n’ont pas d’intérêts particuliers à aller y faire un tour. C’est bien ce qui nourrit nos préjugés ! Après quelques jours sur place, nous y avons découvert deux aspects marquants : la précarité et le sens de l’accueil.

Cité des Lauriers – Marseille
Les abords de la cité des Lauriers

J’avais lu que plus d’un tiers des habitants de la cité vivait dans la pauvreté. Cette précarité est d’autant plus frappante une fois sur place. Nous sommes rentrés dans ces grandes barres d’immeubles défraichies. Les cages d’escaliers aux murs délabrés sont taguées à l’intérieur donnant une sensation d’insécurité. Il ne fallait plus s’étonner des cafards dans les chambres et la cuisine de l’association ni des rats très certainement plus nombreux que les habitants des lauriers qui gambadaient de partout…

Petit plan de repérage des habitants des Lauriers 🙂

En revanche, nous y avons rencontré un chaleureux sens de l’accueil rare en France. Lors de nos visites, il nous est arrivé de sonner au hasard chez les gens afin de nous présenter et de proposer un temps de rencontre. Toutes les familles nous ont ouverts avec le sourire et certaines nous ont même invités à prendre le thé. Nous n’oublierons pas Yollande appelée « Tata Yoyo », originaire des Comores qui nous a fait découvrir sa spécialité : le punch coco, ni « Tata Doudou » qui nous a raconté avec simplicité les périples de sa vie qui a commencé par sa mère qui l’avait abandonnée dans une boîte à chaussure. Avec beaucoup d’humour, elle nous a proposés de nous accompagner pour les courses chez Carrefour. Grâce à sa carte de porteur de handicap, elle a un pass VIP incluant une place de parking dédiée, une caisse prioritaire et enfin la possibilité de fumer devant le magasin ! 🙂 Ou encore à la maman de Romain qui nous a expliqués en détail la façon dont la maîtresse de son fils s’était débrouillée pour ne pas laisser tomber les élèves motivés pendant le covid.

#Trafic de drogue et violence                                                                                                                               

Le trafic de drogue et la violence font partis du quotidien des habitants de la cité. La police s’y rend rarement sauf pour les descentes de police. Il y a 2-3 ans à peine, il n’y avait qu’une seule entrée dans la cité et l’emprise des réseaux de trafic était telle que même un agent EDF n’était pas autorisé à rentrer sans montrer patte blanche. Il y a quelques temps, lors d’une visite, un volontaire s’était trompé de porte et a été accueilli par un des chefs du réseau qui avait une arme de guerre accrochée dans son salon. Une autre fois, lors d’une descente de police, deux jeunes se sont échappés en passant par l’association armés de leurs kalachnikovs.

Le réseau est hiérarchisé avec, en bas de l’échelle, les guetteurs puis les vendeurs, les transporteurs de marchandise et d’armes, ceux qui transfèrent l’argent et enfin les chefs intermédiaires… Les têtes de réseaux sont, sans surprise des cols blancs issus de grandes écoles qui ne mettent jamais les pieds dans les cités ! La drogue est cachée chez des nourrices ou des familles qui, de gré ou de force stockent la drogue dans leurs appartements avant qu’elle ne soit vendue dans les cages d’escalier. Les prix et les horaires d’ouverture de ces « magasins » sont, parfois même clairement affichés. 🙂 Lorsque nous rendions visite aux gens, nous privilégions donc les ascenseurs aux escaliers. A part dire « bonjour » aux guetteurs, nous suivions la règle d’or : « on ne se mêle pas de leurs affaires ». 🙂

Magasin avec un nom, des produits clairement affichés avec leurs prix ainsi que les horaires d’ouverture
Il y a même le QR code Snapchat 🙂

Cette violence concerne déjà certains enfants. Il y a quelques semaines, un jeune garçon s’était fait mettre à terre par une fille : une humiliation. Deux groupes s’étaient alors donnés rendez-vous pour s’affronter à coups de pierre. Heureusement, les responsables de Massabielle qui les connaissaient ont pu les raisonner à temps. D’après Nathan, le responsable de l’association, même si la violence est encore bien présente, les cités se sont vraiment apaisées ces dernières années. Cependant, il suffirait d’une étincelle pour la raviver.

#Décrochage scolaire                                                                                                                                                                  

A côté des lauriers, il y a deux lycées avec des professeurs qui font leur possible mais dans lesquels, vous ne mettriez sûrement pas vos enfants. D’après nos échanges, le décrochage scolaire se produit souvent lorsqu’un jeune pense qu’il est nul et bon à rien. Par exemple, lorsqu’un élève ne comprend pas un chapitre en classe et qu’il se fait répéter 1X, 10X… qu’il est bon à rien, il finit par y croire et jette l’éponge. On m’a parlé de jeunes qui, à 10 ans ont déjà la charge de leurs frères et sœurs plus jeunes dans la mesure où leurs parents commencent très tôt ou finissent très tard le soir leur travail. Ils ont souvent de longs temps de transport s’ils travaillent hors de la cité. Le père de Kabal a tout tenté pour éviter à son fils de tomber dans le trafic, il a essayé de le raisonner verbalement. Par désespoir, il a fini par recourir à la force. Un juge lui a dit que s’il recommençait, c’est lui qui finirait en prison. Depuis, son père a lâché prise…

Lycée proche des Lauriers

En parallèle, il y a l’influence des « grands frères » qui approchent les jeunes dès 12-13 ans avec des propositions comme : « Tiens 20€, peux-tu m’acheter une bouteille de coca ? Tu peux garder la monnaie» ou encore « Pourrais-tu me remplacer à mon poste de guetteur quelques heures demain ? ». C’est là que tout commence… Payé entre 300€ et 500€ par semaine pour guetter, les jeunes mineurs se sentent « les rois du pétrole », c’est difficile ensuite de les faire revenir sur les bancs de l’école. Dès 14 ans, certains de ces jeunes pensent déjà qu’ils n’auront pas d’avenir et qu’ils n’ont plus rien à perdre. Malheureusement, c’est souvent à eux que sont confiées les tâches ingrates : disparition de preuves, règlement de compte… En 2015, 3 jeunes de 15, 18 et 23 ans ont assassiné des jeunes aux lauriers… Heureusement, des leviers efficaces existent pour éviter le décrochage scolaire (prochain épisode :-)).

#UnJourUneRencontre

Nous sommes partis un jeudi soir à la rencontre des habitants de la cité des lauriers. L’un des meilleurs spots, c’est entre le skatepark et le terrain de pétanque. 🙂 Nous y avons fait connaissance de Kathy Taleb, l’une des doyennes de la cité d’origine marocaine installée aux lauriers depuis 43 ans. Ayant besoin d’aide pour couper quelques carreaux de carrelage pour sa cuisine, nous sommes partis avec Matthieu lui prêter main forte. Entre deux coupes et un jus lait banane maison, Kathy nous a fait part de ses combats notamment pour décrocher du travail. Avant de tomber sur un patron qui lui donne sa chance, elle avait essuyé une quantité de refus à cause de son nom de famille qui disait-on : « faisait trop « arabe ». Consciente qu’elle n’avait pas fait beaucoup d’études, le plus beau cadeau qu’elle souhaitait transmettre à ses enfants ce sont ses valeurs familiales, de respect des autres et du travail. Pour Kathy, c’est en faisant que l’on gagne sa crédibilité. Parfois, faire des erreurs, c’est bon pour apprendre et devenir meilleur».

Session bricolage chez Kathy avec Matthieu

Belle journée à tous,

Marine, Claire, Matthieu & Romain

[Newsletter 3]

Salut à tous,

On espère que vous allez tous bien. Voici les dernières nouvelles de notre aventure Marseillaise!:-)

#Notre Quotidien Avec Les Jeunes : les activités de rue

Olympic games Bellevue district Marseille Romain Sion
Relais par équipe lors des jeux Olympiques
Olympic games Bellevue district Marseille
Olympic games Bellevue district Marseille Romain Sion
Organisation des grands jeux thématiques le samedi

Tous les jours, en fin d’après-midi, nous partions par groupe de 6-7 volontaires organiser des activités de rue pour les enfants dans l’une des cités avoisinantes. Assigné à la cité Bellevue, nous avons organisé des jeux par équipes ainsi que des grands jeux thématiques comme les jeux olympiques ou l’île des pirates. M’étant déguisé en Rackham le Rouge pour l’occasion, j’ai eu le droit au surnom toute la semaine suivante. 🙂 Ces activités avaient deux objectifs : encourager les enfants à jouer ensemble et engager la conversation avec ceux qui le souhaitaient. Les discussions étaient riches ! Après avoir fait connaissance, certains ont par exemple commencé à poser des questions sur le métier d’ingénieur, les études qu’il fallait faire pour y arriver…

Street activities Bellevue Romain Sion
Petit Selfie avec Ailis, Safrina, Aissa et Cadidja

Ailis, 5  ans m’a particulièrement marqué. Le fait que je me souvienne de son prénom était très important pour lui. Sachant qu’il y avait Ailis, Aissa, Aisser et Aissam dans le groupe, il a rapidement constaté que j’étais en galère. :-)Il m’a donc proposé un challenge. Si l’un d’entre nous deux ne se souvenait plus du prénom de l’autre, alors il devrait faire 10 pompes. On a bien ri ! 🙂 Il aurait clairement pu être mon petit frère ou mon cousin. Ce qui m’a révolté, c’est de me rendre compte des multiples challenges qu’il devra surmonter pour obtenir une trajectoire de possibilités équivalente à celle dont j’ai pu bénéficier. A la naissance, nous ne démarrons clairement pas tous à égalité! Je n’oublierai pas tous ces bons moments passés avec Rama, Aissa, Ailis, Yassine, Safia, Rayana, Djibril, Aaron, Chaimaa, Mohammed, Abder, Jade, Aisser, Stéphane, Sabrina, Aissam, Matisse, Abdu et Cadidja.

#Les Leviers Pour Agir : Le soutien scolaire & l’insertion professionnelle

Centre Ozanam - Massabielle Quartiers Nord Marseille
Cours de récréation du Centre Ozaman
After renovation Massabielle Marseille Centre Ozanam
Salle de classe renovée suite aux chantiers au centre Ozanam 
Street activities Massabielle Bellevue Romain Sion
 Groupe des habitués des activités de rue à la cité Bellevue 

Pour faire face au risque de décrochage scolaire, nous avons pu identifier deux leviers efficaces : le soutien scolaire et l’orientation professionnelle. Au sein de l’association ou directement chez l’habitant, Massabielle propose des cours de soutien. Bien que certains parents n’aient pas fait beaucoup d’études, nous avons rencontré de nombreux parents très impliqués dans le suivi scolaire de leurs enfants. En parallèle, Massabielle a monté le centre Ozanam où nous y avons fait notre chantier. La liste de classe m’avait interpelé car 90% des prénoms étaient compris entre les lettres R et Z. Beaucoup de jeunes veulent travailler mais beaucoup n’ont pas les codes, le réseau et ont du mal à cerner le champ de possibilités qui pourraient s’offrir à eux. Footballeur, rappeur, agent d’entretien ou de sécurité ne sont pas les uniques possibilités. Un accompagnement sur l’orientation professionnelle est la clé.

Massajobs
Massajobs
Massajobs
Sessions d’orientation et de soutien avec Massajobs

Rattaché à l’association, Massajob est un programme d’accompagnement de 250 -300 habitants du quartier à l’insertion professionnelle. On y trouve 2 piliers : « la vie en grand » programme de 2-3 jours visant à ce que les jeunes prennent confiance, identifient leurs talents et leurs rêves. Puis « la route de l’emploi », programme de 15 jours visant à préparer les jeunes aux entretiens (tenue, CV, lettre de motivation, respect des horaires…) et à les aider dans leurs recherches. Nous avons eu la chance de rencontrer Moussa qui avait repris une formation pour devenir maître-chien et qui venait de décrocher un contrat à l’hôpital. En partenariat avec les écoles, Massajob cherche aussi à organiser des témoignages de salariés d’horizons différents auprès des jeunes. 

#Le Sport : Une ouverture en dehors de la cité

Sporting Club Karthala Marseille
Photo d’une des équipes de jeunes du cub de Saïd

Le soir de notre arrivée, il y a eu des feux d’artifices pour la finale du tournoi inter-cité. Chaque cité a son équipe, son maillot et ses supporters. De grands joueurs pro reviennent parfois jouer avec les équipes de leur quartier. Savez-vous pourquoi l’arbitre porte une cagoule lors de certains matches de derby ? 🙂 En cas de coup de sifflet mal interprété, il faut parfois mieux rester incognito à la sortie du stade. :-)Lors d’une activité de rue, j’ai eu la chance de rencontrer Saïd, originaire des Comores et Président du Sporting Club Karthala Marseille qui m’a expliqué les enjeux des clubs formateurs de la cité. Ancien joueur, il a notamment côtoyé Evra, Cissé… Les jeunes prodiges sont identifiés dès l’âge de 5 ans afin d’être formés dans l’optique de peut-être signer un contrat de footballeur professionnel. A partir de 14 ans, tout transfert fait l’objet d’un contrat entre les clubs où la famille touche 81% du montant et le club formateur 19%. C’est en partie grâce au placement de joueurs à l’OM, Bordeaux, Arles… que Saïd a pu développer son club. Pour attirer les jeunes, un des leviers qui fonctionne, c’est la marque des maillots. Très fier, il venait tout juste de lancer un partenariat avec Puma et Kappa.

Sporting Club Karthala Marseille
Nouvelle panoplie de l’équipe de foot

Sachant que peu de jeunes deviendront professionnels, l’objectif de Saïd, c’est surtout de les aider à développer la sociabilité, l’esprit d’équipe, le travail… mais aussi de permettre aux jeunes de sortir de la cité et de voir autre chose grâce aux matchs à l’extérieur. Les plus chanceux ont même pu prendre l’avion pour la première fois. Pour Saïd, le foot permet aux jeunes de rêver et d’avoir des étoiles dans les yeux. Il fait tout pour les pousser à travailler à l’école et à ne pas tomber dans la drogue. Par exemple, il s’est arrangé avec l’OM pour avoir des places pour les matchs qu’il remet aux joueurs méritants aux entraînements et qui ont de bonnes notes. 

#Une Jour Une Rencontre : Invitation chez Roselyne et Mathis

Invitation for dinner Roselyne Massabielle Marseille
Dîner chez Roselyne

Pour notre dernière soirée, nous avons été invités chez Roselyne. Nous sommes venus avec une partie du repas car pour certaines familles, recevoir n’est pas simple car chaque euro est compté. Nous avons passé une super soirée et bien ri avec la démonstration de skate de son fils Mathis qui avait des projets pleins la tête. Nous avons compris que sa mère se sacrifiait en mettant tout de côté pour ses enfants. Avec l’équivalent d’un smic pour 3 personnes, elle avait réussi à envoyer son fils dans une école privée. Elle veillait quotidiennement à ses fréquentations, à son comportement et à ses notes. Tout en admettant qu’elle ne pouvait pas suivre ses devoirs et qu’elle ne comprenait pas toutes les conversations, une chose était certaine, elle se battait avec ardeur pour son fils et son avenir. Résultat : son fils était premier de sa classe. Après quelques minutes d’écriture, Mathis nous a fait un beau cadeau : un freestyle!

En voici une démo :

#Une Aventure Incroyable tout en restant vigilant

Fire Massabielle
Départ de feu au pied du mur de l’association
Weeding Massabielle Marseille
Débroussaillage d’urgence pour éviter que ça recommence 

Cette année encore, ce fut une formidable aventure humaine qui nous a permis de déconstruire nos nombreux clichés sur les cités. Nous y avons découvert un sens de l’accueil exceptionnel ainsi qu’une une belle vision de la mixité sociale dont nous devrions nous inspirer. Je n’oublierai pas les mots d’Amor sur le chemin de Bellevue pour me présenter à un de ses amis qui était musulman : « Ici dans la cité, on ne regarde pas la religion mais on regarde le cœur ». Cependant, il est important de garder à l’esprit que tout n’est pas rose. La précarité et la violence font partie du quotidien. Pendant notre séjour, deux jeunes ont mis volontairement ou involontairement (on ne saura jamais) le feu au niveau du mur d’enceinte de l’association. Marine (ma soeur) s’en est rendue compte à temps et tout le monde s’est empressé de l’éteindre avec les moyens du bord. 8m2 de terrain brûlé en quelques instants. Cela aurait pu tourner à la catastrophe. Le mot d’ordre : rester vigilant. 

Street activities Bellevue district Marseille Romain Sion
Une dernière photo pour la route 🙂

Pour conclure ces quelques lignes, je rentre à Paris avec un mélange étrange de rage et d’espoir. Nous avons été témoins de situations profondément injustes qui nous font prendre conscience de la chance que nous avons. Cette chance, nous n’avons pas le droit de la gâcher.  Mais c’est aussi un sentiment d’espoir en se disant que changer les choses, c’est possible ! De la jungle Ougandaise, à l’une des plus insalubres décharges Indienne, en passant par une entreprise sociale au Cambodge et le plus grand bidonville urbain kenyan, avant d’arriver à Marseille, j’ai eu la chance d’y rencontrer des centaines de citoyens d’horizons les plus divers se battant tous pour un monde meilleur! A ce jour, nous avons toutes les raisons d’y espérer et d’y aspirer. Que vous soyez entrepreneurs, professeurs, étudiants, parents, activistes, politiciens, journalistes, investisseurs…, nous pouvons tous avoir de l’impact à notre échelle. Qu’il s’agisse du choix des produits que nous mettrons dans notre chariot pendant nos courses, des journalistes lorsqu’ils écriront leurs prochains articles sur les cités, d’investisseurs choisissant leurs futurs investissements, d’étudiants lorsque des entreprise agissant contre leurs valeurs leurs feront des offres alléchantes ou d’activistes engagés pour une cause juste mais difficile à défendre, nous pouvons tous agir sur le système à notre niveau! 🙂

Belle journée à tous, 

Marine, Claire, Matthieu et Romain

« At our pace and scale, everyone can aspire to change to world »

Ps : Petite dédicace à mes chers frères et sœurs qui ont accepté de rejoindre cette aventure ! On s’en souviendra longtemps ! 🙂

Family picture Sion Romain