Nos priorités pour le budget Européen

Alors que d’autres acteurs se retirent de la scène internationale, l’UE a l’occasion de faire preuve de leadership au niveau mondial : l’UE, et tout particulièrement le Parlement européen et la Commission européenne, doivent continuer à montrer l’exemple dans la lutte pour l’éradication de l’extrême pauvreté et l’atteinte des Objectifs de développement durable. C’est aussi ce que réclament les citoyens européens : plus de sept personnes sur dix s’accordent à dire que la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement devrait être une des priorités de l’UE (Eurobaromètre 2018).


L’APD devrait se concentrer sur l’éradication de l’extrême pauvreté, et aller en priorité aux régions, secteurs et populations nécessitant le plus d’attention. Nous demandons plus particulièrement de :

Respecter les engagements internationaux et maintenir le rôle pionnier de l’UE dans la lutte contre l’extrême pauvreté.
o Défendre une hausse de l’APD pour s’assurer que l’UE et ses États membres honorent leur engagement d’allouer 0,7 % de leur RNB à l’APD, d’ici à 2030 au plus tard. Cela implique que l’UE alloue 140 milliards d’euros à l’aide européenne dans son prochain budget pluriannuel – le CFP qui couvrira la période entre 2021 et 2027.
o S’assurer que l’objectif premier de l’aide européenne soit la réduction, et à long terme l’éradication, de la pauvreté et que cet impératif ne soit pas dilué par d’autres objectifs politiques tels que les migrations ou la sécurité.

Garantir que l’aide européenne priorise les personnes et les régions qui en ont le plus besoin, ainsi que les problèmes les plus urgents.
o Dédier 50 % de l’aide européenne aux pays les moins avancés (PMA) et aux États fragiles en Afrique, où sera concentrée l’extrême pauvreté dans les années à venir. Aujourd’hui, seulement 25 % de l’aide européenne est consacrée à ce groupe de pays.
o S’assurer que 85 % de l’aide de l’UE contribue à l’égalité entre les femmes et les hommes et qu’au moins 20 % de l’aide soit allouée au développement humain, principalement à la santé et à l’éducation. De nos jours, ces deux impératifs ne sont pas atteints par l’UE, mais sont pourtant essentiels pour parvenir aux Objectifs de développement durable.

Il manque encore environ 30 milliards d’euros par rapport à la proposition de la Commission européenne pour que l’UE atteigne l’objectif des 140 milliards d’euros et soit ainsi sur la bonne voie pour tenir ses engagements internationaux. Combler ce déficit de financements permettrait à l’UE durant les 7 ans à venir, chaque année, de :
o Fournir une éducation de base de qualité à plus d’un million d’enfants ;
o Donner accès à des soins de santé sexuelle et reproductive à 4,59 millions de femmes ;
o Eviter 30 677 morts causées des suites du VIH/sida, de la tuberculose & du paludisme ;
o Fournir des vaccins essentiels à 5,41 millions d’enfants.

One Logo